Actualis - Économie, Finances personnelles, Sécurité financière
Édition de Avril 2020

Vos finances au quotidien

Partager
Partager cet article Facebook Linkedin
Crises économiques : que nous enseigne le passé ?
La période que nous traversons est unique à bien des égards, mais il ne s’agit ni de notre première récession ni de notre premier marché boursier baissier. Que nous apprennent les épisodes passés ?

En matière d’économie comme de placements, le passé n’est jamais garant de l’avenir. Néanmoins, il peut aider à jeter un éclairage sur les événements actuels. C’est ce que cet article vous propose en quelques questions et réponses.

A-t-on connu d’autres crises financières liées à des pandémies ?

L’épisode qui se rapproche le plus de la pandémie actuelle serait celui de la grippe dite « espagnole » à la fin de la Première Guerre mondiale. Cependant, en raison du peu de données économiques disponibles et du fait que ses effets se confondent avec ceux de la guerre, il semble difficile de quantifier ses conséquences économiques.

La pandémie du COVID-19 serait la sixième depuis. Certains économistes estiment qu’elle pourrait entraîner une contraction allant jusqu’à 5 % de l’économie mondiale pour l’année 2020, et bien davantage pour les premiers trimestres. Cependant, il faut savoir qu’à ce stade-ci, les prévisions des analystes couvrent un large spectre, les uns se montrant modérément pessimistes et les autres, beaucoup plus.

À quel point une récession peut-elle être sévère ?

La plus importante récession depuis la Seconde Guerre est celle de 2007 à 2009, où l’activité économique a décru d’environ 5 %. Dans l’ensemble du vingtième siècle, la plus sévère est celle des années 1929-1933, qui avait entraîné une chute de quelque 27 %.

Quelle est la différence entre une récession et un marché baissier ?

Une récession est un ralentissement de l’activité économique défini par deux trimestres de croissance négative. Un marché baissier (« bear market ») désigne plus spécifiquement le comportement des marchés boursiers : on entre en marché baissier lorsque les indices sont en recul d’au moins 20 % sur leur dernier sommet. Si l’on se réfère à l’indice américain Dow Jones, la Bourse est entrée officiellement en marché baissier le 11 mars dernier. Étant donné l’arrêt rapide de presque toute l’activité économique, les experts estiment aussi que nous sommes déjà en récession.

Combien de temps dure une récession ?

La durée moyenne des récessions que nous avons connues depuis 1900 serait d’environ 11 mois. La plus longue des 50 dernières années serait celle des années 2008-2009, qui s’est étirée sur 18 mois. Motif d’encouragement : il faut savoir que les phases d’expansion économique, elles, ont une durée moyenne de 48 mois.

Combien de temps dure un marché baissier ?

Si l’on se fie aux données américaines, nous aurions connu huit marchés baissiers depuis 1926, d’une durée allant de six mois à près de trois ans. Pour en savoir davantage sur le comportement des marchés baissiers, consulter cet article.

Qu’en est-il des taux d’intérêt et de l’inflation ?

Les taux d’intérêt ont tendance à baisser en période de récession puisqu’il s’agit d’un outil des banques centrales pour stimuler l’économie. Cependant, comme les taux d’intérêt sont déjà à des niveaux très bas, nous pourrions être confrontés à des taux d’intérêt négatifs, ce qui peut provoquer l’effet inverse et entraîner une stagnation – un phénomène que plusieurs pays européens ont connu au sortir de la crise de 2008. Par ailleurs, les économistes sont encore à soupeser les effets des efforts financiers massifs déployés par les gouvernements sur la dette des États et sur la consommation des ménages. Les effets sur les taux d’intérêt et sur l’inflation sont encore à évaluer.

Comment se comporte l’emploi au sortir d’une récession ?

Comme on s’en doute, le taux de chômage est l’un des facteurs les plus intimement liés à une récession. Au Canada, en 2007, le taux de chômage oscillait autour de 6,0 %. À la fin de la récession de 2008-2009, il approchait les 9 %. C’est en 2017 qu’il est revenu à 6,0 % ou moins. Avant la présente récession, il se situait à 5,6 %.

À suivre : la Bourse a tendance à précéder l’économie

Enfin, il est intéressant de noter que la Bourse aurait souvent tendance à se comporter comme un indicateur « avancé », c’est-à-dire qu’elle devance l’évolution de l’économie. Le phénomène s’expliquerait par le fait que les investisseurs anticipent les revenus futurs des entreprises. Un marché baissier aurait donc tendance à annoncer une récession (ce qui semble avoir été le cas ici), et un marché haussier, à annoncer une reprise économique.

Si cette tendance se confirme, une bonne nouvelle pour l’économie, dans les prochains mois, pourrait être un regain durable des cours boursiers.

Les sources suivantes ont été utilisées dans la rédaction de cet article.

Acorns, « What Is A Recession? (And How Long Does One Last? » ; « How Long Do Downturns Last? ».
A wealth of common sense, « Recessions vs. Bear Markets ».
Financial Times, « Can the world afford fiscal and monetary stimulus on this scale? ».
Forbes, « How Stocks Reacted During Past Flu Pandemics And Steps You Can Take To Minimize Losses ».
Investopedia, « A Brief History of U.S. Bear Markets » ; « What Happens to Interest Rates During a Recession? ».
The Guardian, « Economists told us what a pandemic could do. Who listened? ».
Trading Economics, « Canada Unemployment Rate ».
U.S. Bureau of Labor Statistics, « The Recession of 2007–2009 ».
WT Wealth Management, « Leading Indicators ».