Vos finances au quotidien

L’argent ne tombe pas du ciel...

Mais parfois, c’est tout comme ! Que faire d’une rentrée d’argent imprévue ?

Sauriez-vous ce que vous feriez d’une importante rentrée d’argent ? Par exemple, que feriez-vous d’un gros « retour d’impôt » ?

Eh bien, si l’on se fie à un sondage fait cette année pour une grande institution financière canadienne, nombreux sont les Canadiens qui se montreraient plutôt raisonnables devant une telle perspective. En fait, pas moins du tiers s’en serviraient pour rembourser des dettes (22 %) ou effectuer des placements (10 %).

Que faire d'un extra


Gérer l’abondance

Mais il pourrait bien en aller différemment si la somme en question était plus inattendue… ou plus considérable. Par exemple :

  • un gros lot à la loterie
  • un héritage
  • un bonus d’emploi particulièrement généreux
  • une importante prime de cessation d’emploi
  • un gain appréciable sur la vente d’une propriété
  • une plus-value importante sur la vente d’un placement
  • une indemnité d’assurance importante.

Dans de tels cas, la réflexion pourrait exiger plus de temps, être plus complexe et, fort probablement, requérir l’aide d’un conseiller expérimenté. Voici le genre de questions que vous devriez vous attendre à aborder avec lui :

  • Et si vous vous gâtiez ?
    Bonne idée ! Mais lisez d’abord ce qui suit.
  • Est-ce imposable ?
    Bien peu de revenus ne sont pas soumis à l’impôt. Au Canada, il n’y en a pas sur les successions, les indemnités d’assurance vie et les gains de loterie, mais pratiquement tous les autres revenus ou gains qui peuvent tomber du ciel seront imposables à votre taux marginal d’imposition. Des règles distinctes s’appliquent cependant aux différentes formes de revenu, ce qui peut rendre les calculs assez laborieux.
  • Y a-t-il un piège ?
    Un vieil oncle décédé vous cède une grosse somme et sa résidence secondaire ? Attention, car sa succession pourrait aussi contenir des dettes et de l’impôt à payer au décès sur ses placements et sa résidence secondaire. Après ces charges, il se peut que le cadeau s’avère moins attrayant.
  • À quoi cet argent est-il destiné en premier lieu ?
    Une prestation d’assurance vie peut sembler une somme énorme. Cependant, le principe de ce produit est que le capital produise un revenu pour les survivants pendant plusieurs années. Il en va de même d’une prime de cessation d’emploi : l’utiliser pour autre chose que couvrir ses besoins pendant la période de transition pourrait être téméraire.
  • Où en êtes-vous, financièrement ?
    Cette rentrée d’argent imprévue pourrait vous permettre de prendre le contrôle de votre situation financière : par exemple, rembourser vos cartes de crédit ou vos prêts, ou raccourcir l’amortissement de votre hypothèque.
  • Rembourser ou investir ?
    En revanche, peut-être voudrez-vous faire certaines projections. Si vous avez une hypothèque à un taux très bas, vous envisagerez peut-être d’investir la somme pour viser un rendement plus élevé, plutôt que de hâter votre remboursement.
  • Et, maintenant, si vous vous gâtiez ?
    Nous y revoilà ! Sécuriser d’abord sa situation risque d’être toujours la meilleure idée, mais peut-être pouvez vous la concilier avec des projets plus stimulants : acheter une maison, remplacer votre véhicule, prendre un congé sans solde, démarrer un projet d’entreprise…

Car au fond, si ce revenu est imprévu, l’avenir, lui, peut être planifié !