Vos finances au quotidien

Arriver à la retraite… mais pas en même temps

Arriver à la retraite… mais pas en même temps

Un défi plus important qu’on ne pourrait le croire à première vue, et qui touche de nombreux couples.

Question personnelle : êtes-vous né(e) la même année que votre compagne ou compagnon de vie ? Si on se fie aux statistiques, probablement pas… Et cette réalité pourrait avoir une incidence importante sur vos choix de vie à la retraite.

En fait, parmi les couples dont l’un des conjoints a 65 ans ou plus, plus de la moitié ont une différence d’âge d’au moins quatre ans. Et pour un couple sur sept dans cette situation, la différence avoisine les 10 ans. Le problème ? Quand madame, 65 ans, décidera de prendre sa retraite, monsieur, 55 ans, sera confronté à des choix qui toucheront à la fois le niveau de vie du couple et sa qualité de vie.

L'amour n'a pas d'âge


Le choix d’un niveau de vie

Dans une telle situation, il serait tentant pour monsieur de s’offrir « la belle vie » et de se joindre à sa conjointe. Pour mesurer l’effet d’un tel choix sur leur niveau de vie, nous avons imaginé un cas fictif où les conjoints ont une différence d’âge de 10 ans et incorporé au calcul la rente de retraite de leur employeur, les prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) – ou Régime de rentes du Québec (RRQ) – et celles de la Sécurité de la vieillesse (SV). Dans le premier scénario, monsieur prend sa retraite en même temps que sa conjointe, alors que dans le second, il attend d’avoir atteint lui-même 65 ans.

Comme on peut le voir ici, l’effet de ces choix sur le niveau de vie du couple maintenant et pour le reste de leur vie pourrait être spectaculaire :

Arrêter en même temps ou patienter 10 ans ?


Dans la réalité, il est probable que les choix d’Alain et Sylvie se situeront entre ces deux pôles. En outre, tout couple dans cette situation devra vraisemblablement tenir compte d’une panoplie de facteurs, notamment :

  • le salaire avant la retraite
  • la participation ou non à un régime de retraite de l’employeur
  • le nombre d’années au travail
  • la présence d’enfants à charge ou non
  • les épargnes REER et hors REER
  • les épargnes CELI
  • le patrimoine immobilier
  • les dettes
  • etc.

Le choix d’une qualité de vie

Mais parce que l’argent n’est pas tout, les couples dans cette situation pourraient aussi être confrontés à une autre question : quelle vie veulent-ils vivre ? Plusieurs personnes prendront leur retraite plus tôt pour profiter de la vie pendant qu’ils sont en santé, quitte à le faire avec moins de revenus. À l’inverse, d’autres préféreront prioriser leur travail et leur revenu même si leur conjoint arrête de travailler – ce qui soulève d’autres questions.

Par exemple, alors que la personne retraitée a la possibilité d’aménager son temps plus librement, de se lever à l’heure qu’elle veut, de s’adonner à des loisirs durant la semaine et de même de planifier des voyages au moment de son choix, la personne qui a un emploi, elle, demeure soumise aux contraintes de la vie active. En revanche, elle conserve aussi son statut et son réseau professionnels, de même que la possibilité d’interagir au quotidien avec des collègues – peut-être après avoir laissé derrière elle un conjoint encore endormi.

Le temps des plans

En fait, la réalité des couples qui arrivent à la retraite – mais pas en même temps – ouvre la porte à une grande variété de choix de vie et de stratégies financières. Par exemple, pour mettre à contribution le statut de chaque conjoint au niveau de vie du couple, le nouveau retraité envisagera parfois de travailler à temps partiel pendant quelque temps, ou encore le conjoint actif cotisera au REER du conjoint pour profiter des avantages fiscaux et du fractionnement du revenu.

Différentes options… Différents calculs. Mais un seul incontournable : réussir son passage à retraite, à l’aide d’une planification adaptée à la réalité du couple.