À la une

Étudier, est-ce payant ?

Étudier, est-ce payant ?

Il semble bien que oui ! Alors… Un petit retour aux études, peut-être ?

La rentrée est maintenant derrière nous et l’année scolaire bat son plein. Au fait, vous êtes-vous déjà demandé si les études représentaient vraiment un bon investissement ? Nous avons des nouvelles à ce sujet, et peut-être vous intéresseront-elles même si vous avez déjà complété vos études.

Au-delà des apparences

Nous avons tous entendu parler de plombiers ou d’électriciens qui gagnaient plus cher que bien des professeurs d’université. Mythe ou réalité ? Eh bien, même si les exceptions sont toujours possibles, les chiffres laissent penser au contraire que les diplômés universitaires obtiennent généralement de meilleurs salaires que les autres salariés et sont moins affectés par le chômage. Voyez par vous-même :

Des diplômes de valeur


Comme on peut le constater, les données compilées par Statistique Canada à la fin de la dernière décennie montrent qu’en moyenne, les diplômés universitaires gagnent davantage que les diplômés collégiaux deux ans après la fin de leurs études, et que cet avantage se maintient, voire s’accroît, après cinq ans. La cohorte de l’an 2000 est particulièrement éloquente : cinq ans plus tard, les finissants universitaires gagnaient en moyenne près de 40 % de plus que les finissants du niveau collégial.

Cela dit, gagner plus est une chose, mais avoir la chance de décrocher un emploi en est une autre. Que nous dit Statistique Canada ? Avantage encore aux études :

Plus d'études, moins de chômage


Comme l’illustre ce second graphique, un diplôme plus élevé correspond généralement à un taux de chômage plus faible. Mais il y a plus : au cours des années de crise économique, les détenteurs d’un diplôme d’études secondaires et les personnes sans diplôme semblent avoir été plus durement affectés que les détenteurs d’un diplôme supérieur.

De quoi faire réfléchir ?

On peut évidemment faire dire ce que l’on veut aux statistiques mais, de prime abord, celles-ci permettent de penser que les études pourraient bien rimer avec :

  • un meilleur niveau de vie ;
  • et une meilleure sécurité d’emploi.

Voilà qui pourrait fournir un argument de poids à plusieurs parents confrontés au scepticisme de leurs grands adolescents… Mais aussi, peut-être, leur donner envie d’agir sur leur propre employabilité et leur propre échelle salariale en effectuant eux-mêmes un retour aux études à temps plein.

Le temps est donc peut-être venu pour eux de découvrir un outil souvent méconnu : le régime enregistré d’encouragement à l’éducation permanente (REEP).

Le REEP à la rescousse des travailleurs

Si vous avez déjà utilisé le RAP (régime d’accession à la propriété) pour financer l’achat d’une maison à l’aide de votre REER, vous comprenez déjà comment fonctionne le REEP. Il s’agit d’un programme gouvernemental qui permet à un particulier d’utiliser les fonds de son REER pour financer sa formation ou ses études à temps plein, ou encore celles de son époux ou conjoint de fait.

Ce retrait du REER n’est pas imposable puisqu’il consiste en fait un emprunt que le particulier fait à son propre REER. On peut retirer jusqu’à 10 000 $ par année, jusqu’à concurrence d’un total de 20 000 $ pour la durée de vie du régime. On dispose ensuite de 10 ans pour rembourser le REER.

Le REEP a été conçu pour permettre aux citoyens canadiens de financer un retour aux études à même leur épargne. Les sommes retirées peuvent servir à payer le coût des études elles-mêmes, tout comme les autres frais afférents, par exemple compenser en partie une baisse temporaire des revenus si l’employé doit prendre des congés sans solde.

Est-ce pour moi ?

Le REEP comporte de nombreuses conditions, que l’Agence du revenu du Canada résume dans son site Internet, et on aura tout intérêt à consulter son conseiller en sécurité financière avant de s’y aventurer. Reste que, si vous croyez que davantage d’études pourraient profiter à votre carrière, il est bon de savoir qu’un allié fidèle peut vous donner un coup de pouce : votre propre REER !