Vos finances au quotidien

Se lancer en affaires : un beau défi, mais…

Se lancer en affaires : un beau défi, mais…

C’est le rêve de plusieurs Canadiens. Être son propre patron. Démarrer sa petite entreprise. Mais les conséquences sur les finances personnelles peuvent être considérables ! Comment mettre toutes les chances de son côté ?

Les entrepreneurs ne l’ont pas eu facile, ces dernières années. Comme le montre ce graphique, la création de nouvelles entreprises fait du surplace depuis 2008.

Création d'entreprises au Canada


Pourtant, la petite entreprise demeure au cœur de notre économie, et plusieurs restent tentés par l’aventure. Si c’est votre cas, vous êtes sans doute conscient du défi, puisque démarrer une entreprise consiste à faire de son propre travail l’un des investissements les plus importants de sa vie. Voici donc quelques règles de départ que vous ne voudrez pas négliger.

  • Se questionner
    Première question : ai-je vraiment l’étoffe d’un entrepreneur ? Démarrer une entreprise exige de la confiance, mais aussi de la lucidité. Il faut gérer l’ambiguïté et l’incertitude, notamment financière. D’où, d’emblée, une deuxième question : mon entreprise sera-t-elle rentable ? Quels sont les risques de perdre sa mise de fonds ? Beaucoup d’entreprises échouent parce que la personne, ou sa famille, n’ont pas su vivre avec les risques imprévus du démarrage.
  • Planifier
    Le plan d’affaires est la fondation de l’entreprise. Non seulement il clarifie le projet, mais il permet de l’expliquer aux bailleurs de fonds. De nombreuses ressources sur le web proposent des modèles de plans d’affaires, des conseils de rédaction et des sources statistiques. C’est un bon point de départ, avant même de consulter un conseiller – ce qui constitue la prochaine étape.
  • Obtenir du conseil
    Une entreprise est une entité régie par différentes lois provinciales et fédérales, de même que par des règlements municipaux. C’est aussi un mandataire du gouvernement pour la perception des impôts à la source, des cotisations aux régimes publics et des taxes de vente. Et c’est enfin une entité soumise à différents risques qui peuvent toucher la sécurité financière de son propriétaire. On peut essayer de voir soi-même à tous ces éléments, mais il est souvent plus rentable d’engager de bons conseillers (avocat, comptable, conseiller en sécurité financière) et de se concentrer sur le développement.
  • Financer
    Toute nouvelle entreprise exige du financement. Cela peut être une mise de fonds personnelle, un prêt fait par des proches, un emprunt auprès d’une institution financière, un investissement privé, voire de subventions. Comparer les différentes options peut faire une bonne différence, puisque le coût du financement et donc son impact sur la rentabilité en dépendront.

Un placement (presque) comme un autre

Avoir son entreprise est une forme d’investissement différente : on y engage une part plus importante de son actif et de sa vie. Pourtant, la clé du succès réside dans les mêmes règles que pour tout autre placement : la planification de la stratégie, la gestion du risque et la protection de l’actif.

Différentes sources sont disponibles pour aider à préciser son projet, notamment le site de la Banque de développement du Canada, dont sont inspirées plusieurs idées esquissées ici. Mais pourquoi ne pas en parler d’abord à votre conseiller en sécurité financière ? Au fond, c’est celui qui connaît le plus vos autres investissements.