À la une

Qui a eu cette idée folle, un jour d’inventer l’école ?

Qui a eu cette idée folle, un jour d’inventer l’école ?

Alors, ça y est ? Vos petits sont de retour en classe ? Maintenant que la folie de la rentrée est passée, plusieurs parents reprennent leur souffle… et constatent les dégâts que les petites et grandes dépenses de la rentrée scolaire ont faits dans leur compte en banque. Mais il n’est pas trop tard pour corriger le tir.

Des vêtements à la papeterie, en passant par les livres et bientôt la tablette électronique, la rentrée scolaire peut coûter cher à des parents, même si la scolarité elle-même est en principe gratuite au primaire et au secondaire. Selon un sondage Visa, la rentrée arriverait au deuxième rang des événements annuels entraînant le plus de dépenses, tout juste après le temps des Fêtes. Le tableau suivant donne une idée de l’ampleur du phénomène.


Combien vous coûtera la rentrée ?


Est-il possible d’atténuer un tant soit peu ce choc ? Voici quelques conseils que nous avons dénichés sur le web, et qu’on peut envisager dès maintenant pour mieux contrôler les coûts associés à l’éducation des enfants. Évidemment, la pertinence de chacun varie selon chaque ménage : à vous de sélectionner ceux qui s’appliquent à votre situation !

  1. Faire son budget très tôt
    Établi longtemps d’avance, un budget permet de connaître les sommes à épargner, et on a alors assez de temps pour atteindre cette cible. En prévision de l’année prochaine, vous pourriez trouver utile de prendre des notes dès aujourd’hui, puisque les dépenses encourues cet automne sont encore fraîches à votre mémoire.
  2. Responsabiliser l’enfant
    Vous pouvez faire de votre enfant un allié en lui donnant un rôle à jouer dans la préparation, puis dans la gestion, du budget. En lui rappelant les sommes dont on dispose, on peut l’amener à faire des choix et lui enseigner la valeur de l’argent. La démarche peut aussi amener l’enfant à demeurer plus conscient, tout au long de l’année, de l’importance de prendre soin de ses biens.
  3. Magasiner en ligne
    Au Canada, de plus en plus de parents magasinent en ligne, tant pour les articles de bureau et de papeterie que pour les vêtements et les produits électroniques. Cela permet de comparer rapidement et aisément les prix, et parfois de tomber sur des aubaines sans devoir attendre les soldes en boutique.
  4. Tenir un inventaire
    Il est fort probable que certains des articles demandés par l’école ne soient pas complètement usés ni même utilisés au cours de la prochaine année. Avant d’amorcer votre magasinage à la fin de l’été 2013, vérifiez d’abord ce que vous avez en stock.
  5. Récupérer, recycler, réutiliser
    La chose peut surprendre, mais il semble que le Do It Yourself (DIY) soit un courant qui gagne en popularité auprès des jeunes. La chose s’expliquerait par leur plus grande sensibilité à l’environnement, qui les amène à valoriser les objets récupérés, transformés et artisanaux. De nombreux sites DIY expliquent, par exemple, comment fabriquer un sac à dos cool à partir d’un veston pour homme ou un étui à crayons à partir d’un sac de croustilles. D’accord, vos chances de succès avec ce genre de propositions sont… aléatoires. Mais il vaut peut-être la peine d’essayer d’associer les valeurs écolos et les contraintes budgétaires.
  6. Soutien communautaire
    Les familles qui, pour une raison ou une autre, ne disposent que de moyens réduits peuvent profiter du soutien de différents organismes. Aux parents qui en font la demande, ceux-ci donneront notamment des coupons-rabais obtenus auprès de détaillants. Une aide qui peut faire une différence quand les circonstances, soudain, font que chaque dollar compte.
  7. Et pour l’avenir : le REEE
    Un jour viendra peut-être où votre enfant décidera de poursuivre ses études dans un établissement d’enseignement postsecondaire. Compte tenu de l’importance des frais de scolarité et des autres dépenses à ce stade de leur éducation, il peut être avisé de mettre en place une stratégie d’épargne basée sur le régime d’épargne-études. Celui-ci procure de généreuses subventions gouvernementales et permet de faire croître des sommes à l’abri de l’impôt.

Selon la firme Ernst & Young, les dépenses pour la rentrée de 2012, à l’échelle de la population canadienne, étaient de 2,5 % supérieures à celles de 2011, ce qui reflète notamment l’importance prise par les produits technologiques dans la liste d’achats. Et, signe de la pression croissante qui s’exerce sur les parents, on voit désormais la saison des soldes pour la rentrée commencer dès le mois de juillet.

Alors, au fond, pourquoi ne pas commencer à planifier la prochaine rentrée dès maintenant ?