À la une

Davantage de surplus, davantage de dépenses

Davantage de surplus, davantage de dépenses

Le ministre des Finances du Québec a déposé mardi ce qui sera son dernier budget avant les prochaines élections. Comme prévu, les excédents budgétaires sont au rendez-vous – et les dépenses également.

Dans un scénario qui fait contraste avec l’utilisation des déficits retenue par son homologue fédéral, le ministre Carlos Leitão se retrouve pour son exercice financier 2016-2017 avec un excédent budgétaire de près de 2,4 milliards, soit deux milliards de plus que prévu, et un surplus anticipé de 850 millions pour l’exercice en cours. Une situation qui l’incite à hausser ses dépenses de 5,9 % et à anticiper un solde budgétaire nul dans un an.

Texte alternatif de l’image


À quoi seront allouées ces dépenses, et quels pourraient être leurs effets sur nos finances personnelles ?

Voici 10 points à retenir.

  1. D’abord une nouvelle qui intéressera les propriétaires de PME : le taux d’imposition pour les entreprises qui ont droit à la déduction pour petites entreprises (DPE) passera graduellement de 8 % à 4 % à compter de 2021. Estimée à 2,2 milliards de dollars sur cinq ans, cette mesure fiscale est l’une des plus coûteuses du budget. En revanche, le budget prévoit aussi une baisse graduelle du crédit pour dividende, ce qui pourrait se traduire par une charge fiscale plus élevée lorsqu’un revenu est versé sous forme de dividende.

  2. Ensuite, les personnes qui s’apprêtent à acheter une première maison pourront désormais réclamer un crédit d’impôt de 5 000 $, ce qui, en combinaison avec le crédit équivalent au niveau fédéral, pourrait représenter une économie de quelque 1 300 $. À noter qu’il doit s’agir d’une résidence principale et que pour se qualifier, il ne faut pas avoir été propriétaire au cours des quatre dernières années.

  3. Si vous vous apprêtez à effectuer des rénovations à votre résidence, nouvelle d’intérêt : le crédit d’impôt Rénovert est à nouveau prolongé, comme il l’avait été à la même date l’an passé. Rappelons que le crédit représente 20 % des dépenses admissibles qui excèdent 2 500 $, et qu’il peut s’élever jusqu’à 10 000 $. Si vous y êtes admissible, vous avez désormais jusqu’au 31 mars 2019 pour conclure une entente avec un entrepreneur qualifié et jusqu’au 31 décembre 2019 pour acquitter les dépenses.

  4. Le budget annonce aussi la prolongation d’une autre mesure qui pourrait retenir votre attention, si le soutien aux organismes culturels fait partie de votre stratégie de dons planifiés. En effet, le crédit d’impôt pour un premier don important en culture, qui était échu depuis le 31 décembre, est prolongé pour cinq ans. Cette mesure, qui s’ajoute au crédit d’impôt habituel sur les dons, accorde un crédit d’impôt non remboursable de 25 % pour tout premier don en culture d’au moins 5 000 $ et d’au plus 25 000 $.

  5. Différentes mesures liées aux enfants sont prévues au budget, notamment une hausse de 500 $ du plafond des frais de garde admissibles au crédit d’impôt pour les enfants de moins de sept ans. Pour les parents qui ont recours à une garderie non subventionnée, cela pourrait se traduire par une économie d’impôt de 130 $ à 375 $.

  6. Par ailleurs, si vous avez un enfant handicapé, vous voudrez plutôt noter la hausse de 2 000 $ du crédit d’impôt auquel vous pourriez avoir accès, ce qui, selon le ministère, pourrait se traduire par une économie pouvant aller de 520 $ à 1 500 $.

  7. À l’autre bout de la courbe démographique, certaines mesures sont destinées aux aînés, notamment pour favoriser leur autonomie. Par exemple, une personne devant faire l’achat d’une prothèse auditive aura désormais droit à un crédit d’impôt remboursable de 950 $.

  8. Parmi les nombreux autres crédits d’impôt annoncés ou modifiés, celui s’appliquant aux personnes agissant comme aidants naturels est élargi à celles qui ne résident pas avec le proche aidé. À compter de 2018, celles-ci pourraient avoir droit à une aide de 533 $ si elles répondent aux critères d’admissibilité.

  9. Si le numérique occupe une place importante dans votre travail ou votre collectivité, vous voudrez peut-être prendre connaissance des nouvelles mesures totalisant un milliard de dollars pour favoriser la transformation économique de la province, notamment dans les secteurs de l’éducation et de la culture. En revanche, nous devrons tous nous habituer, à compter du 1er janvier prochain, à payer la TVQ sur nos services numériques achetés à l’étranger, notamment le populaire service Netflix.

  10. Pour terminer sur une note légère, vous aimez fréquenter les musées ? Alors vous pourrez marquer d’un « x » un dimanche par mois dans votre calendrier, puisque le budget prévoit une aide de cinq millions pour offrir un accès gratuit, un dimanche par mois, aux institutions muséales soutenues par le ministère de la Culture et des Communications.

Le budget prévoit en outre plusieurs programmes de dépenses, notamment dans les domaines du transport, de la santé et de l’éducation. Pour en savoir davantage, vous devrez donc prendre connaissance de la documentation publiée par le ministère, que vous pourrez trouver ici.



Les sources suivantes ont été utilisées dans la rédaction de cet article.
Ministère des Finances du Québec : Le plan économique du Québec, 27 mars 2018 ; ici.Radio-Canada.com, Budget du Québec 2018, 27 mars 2018 ; lapresse.ca, Budget Leitão: les clients québécois des géants du web devront payer la TVQ, 27 mars 2018 ; Finance et investissement, Fiscalité des PME : augmentation de la DPE, 27 mars 2018.