À la une

Vider le grenier… et remplir ses poches ?

Vider le grenier… et remplir ses poches ?

La saison des ventes de garage est officiellement lancée ! Mais acheter ou vendre des articles de seconde main, est-ce vraiment rentable ?

Un sondage récent mené par l’Observatoire de la consommation responsable de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM (Université du Québec à Montréal) révèle des chiffres étonnants sur l’économie de seconde main.

Plus impressionnant encore : par le biais de canaux comme les sites de petites annonces, les magasins à vocation sociale, les réseaux sociaux ou les ventes de garage, les Canadiens se sont échangé pas moins de 1,8 milliard de produits durant la dernière année.

Une source de revenus à considérer

Alors que la majorité des épargnants canadiens peinent à utiliser pleinement leur marge de cotisation REER, CELI ou REEE, voilà des chiffres qui font réfléchir. La solution résiderait-elle en partie au fond du placard ? Si vous avez envie de tenter l’expérience, voici donc 5 trucs importants pour organiser une vente de garage aussi rentable que possible.

  1. D’abord, que dit le règlement ?
    La réglementation de votre ville, village ou arrondissement vous permet-elle d’occuper un bout de trottoir pour y tenir une vente de garage ? Si la plupart des municipalités le tolèrent, d’autres exigeront que vous obteniez d’abord un permis.
  2. Constituez votre inventaire
    Certains vendeurs regrettent après coup de s’être départis de certains articles. D’autres n’ont pas cumulé suffisamment d’objets de qualité pour attirer les passants. C’est pourquoi il est recommandé de s’y prendre un peu à l’avance avant de monter son étalage. Prenez le temps de regrouper des objets intéressants et en bon état… quitte à faire équipe avec un voisin ou un proche. Si vous décidez de vendre des articles qui ont pour vous une valeur sentimentale, faites attention d’en établir la juste valeur du point de vue de l’acheteur.
  3. Pensez sécurité
    En vertu de la Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation, il n’y a pas de différence entre un particulier qui vend des biens usagés et le vendeur qui a pignon sur rue : tous deux sont tenus de ne vendre que des articles répondant aux normes en vigueur de Santé Canada et de Transports Canada. Par exemple, il est interdit de vendre des biberons faits de plastique contenant des BPA, ou un siège d’auto pour enfants périmé. Deux brochures de Santé Canada (intitulées Information à l'intention des vendeurs dans les ventes de garage et Renseignements à l’intention des acheteurs de produits usagés) vous fourniront toute l’information nécessaire.
  4. Préparez-vous
    Avant d’envahir le trottoir, il est recommandé de bien faire ses devoirs : établir la liste de ses articles, inscrire les prix sur des étiquettes, constituer des lots de petits objets ou d’articles unis par un même thème, se procurer de la monnaie en quantité suffisante… Qui sait, votre professionnalisme pourrait engendrer de meilleures ventes ! Par ailleurs, afin d’augmenter la visibilité de votre événement, pensez à préparer des feuillets publicitaires à distribuer ou à afficher dans le voisinage, quelques jours avant sa tenue.
  5. Investissez
    Pour attirer et convaincre les acheteurs, il est bon de soigner la présentation… et ses aides. Par exemple, vous pourriez prévoir :
    • le nettoyage des vêtements que vous allez vendre ;
    • des articles de décoration pour votre table de présentation ;
    • une bâche pour protéger votre étalage en cas de pluie ;
    • de la nourriture, des rafraîchissements, voire de la crème solaire pour vos aides.

Et une fois le marché conclu…

À la fin de la journée, il vous restera à calculer vos gains et à décider du sort de vos articles invendus. À la lumière de vos chiffres, vous pourriez choisir de les conserver pour une prochaine fois… ou, pourquoi pas, d’en faire don à des œuvres de charité.

Chose certaine, sous ses airs de fêtes, une vente de garage réussie cache une bonne dose de planification. Mais si vous êtes comme un grand nombre de Canadiens, vous pourriez peut-être, avec un minimum d’effort, transformer votre ménage de printemps en une source de revenus. Au fond, peut-être votre prochaine cotisation REER – et son remboursement d’impôt – dort-elle actuellement dans votre armoire !



Les sources suivantes ont été utilisées dans la rédaction de cet article.
Arrondissement.com, « 6 trucs pour faire de votre vente de garage un succès », 27 mars 2014. Canalvie.com, « Comment organiser une vente de garage ? ». Kijiji, « The Kijiji Second-Hand Economy Index – 2016 Report ». La Presse, « De l’or dans vos tiroirs », 9 mars 2016. Protégez-vous, « Indice Kijiji : le seconde rapporte gros », 3 mars 2016 ; « Pas si simples, les ventes de garage », 23 mai 2012. Santé Canada, « Information à l’intention des vendeurs dans les ventes de garage ».