Vos finances au quotidien

Au revoir, chalet !

Au revoir, chalet !

Avant d’abandonner son chalet d’été à son propre sort pendant l’hiver, certains préparatifs s’imposent. Parmi ceux-ci : penser aux assurances.

L’eau qui gèle dans les tuyaux, les mulots qui se faufilent par les fissures, les branches qui cassent sous le poids du verglas… Un refuge estival est bien précieux, et il pourrait être risqué de l’exposer tout l’hiver à tant d’incidents potentiels. C’est pourquoi on recommande généralement de se poser deux grandes questions avant de lui dire « à l’été prochain ».

1. Est-il bien « fermé » ?

Routine d'automne


2. Est-il bien « couvert » ?

Les garanties d’assurance dont vous avez besoin pour votre résidence d’été dépendent de plusieurs facteurs : sa valeur et celle des biens qu’il abrite, le temps que vous y passez chaque année, etc. C’est pourquoi il est recommandé de vérifier si votre police d’assurance convient à votre chalet et à l’utilisation que vous en faites.

  • Le temps d’occupation
    Les assureurs distinguent les résidences dites secondaires de celles dites saisonnières. Dans le premier cas, ils tendront à recommander une couverture tous risques, alors qu’une couverture pour risques désignés suffira, souvent, dans le second cas. Les risques désignés pourraient comprendre, par exemple, la foudre, l’incendie, la grêle et les tempêtes de vent. Mais voilà, ce n’est pas une règle immuable. Remettez-vous parfois les clés de votre résidence secondaire ou saisonnière à des locataires ? Fréquentez-vous votre chalet seulement quelques jours ou de façon continue pendant des semaines ? Votre assureur pourrait vouloir connaître ce genre de détails.
  • Les exclusions
    Il pourrait être important de s’informer des exclusions au contrat d’assurance. Par exemple, saviez-vous que le gel des tuyaux est une exclusion courante ? Voilà pourquoi les propriétaires de chalet mettent autant de soin à vidanger le système de plomberie avant l’arrivée des gels : tuyauterie, chauffe-eau, appareils sanitaires, pompe, etc. Autre point digne de mention : un contrat de type « risques désignés » pour résidence secondaire exclut habituellement le risque de cambriolage. Certains voudront alors ajouter au contrat une protection distincte.
  • Les biens
    Afin d’établir la valeur des biens couverts par votre contrat, votre assureur pourrait avoir besoin de distinguer les biens temporairement sur place (qui sont couverts par l’assurance de votre résidence principale) de ceux qui y restent en permanence (qui seront couverts par l’assurance de votre résidence secondaire).
  • La responsabilité civile
    Votre chalet n’est constitué que de quatre murs de planches et d’un toit, et vous n’estimez pas nécessaire de l’assurer ? Vous pourriez à tout le moins envisager une couverture pour responsabilité civile. Et si l’ami à qui vous avez prêté le chalet pour la fin de semaine avait un accident sur place… Et si votre feu de camp projetait des tisons chez le voisin… Et si…

Bref, dans une résidence secondaire, il n’y a que le mot qui est secondaire ! Car en matière de prévention, tous les détails peuvent avoir une importance.