Édition de
Mai 2017

D’une paie à l’autre : guide de survie
Campez en sécurité… et pour pas cher Travailleurs autonomes : mode d’emploi
Notre défi ce mois-ci… À découvrir ce mois-ci…

Consulter les archives

À la une

D’une paie à l’autre : guide de survie

D’une paie à l’autre : guide de survie

Près de la moitié des Canadiens dépensent la totalité de leur paie et attendent la suivante impatiemment. Comment épargner dans ces conditions ?

Vous peinez à joindre les deux bouts entre deux paies ? Vous n’êtes pas seul.

Ces canadiens qui peinent à joindre les deux bouts


Comme on peut le voir, boucler son budget est difficile pour beaucoup de Canadiens, notamment lorsqu’arrivent les factures d’électricité, d’Internet et de crédit. Mais étonnamment, il semblerait que cette situation ne dépende pas du revenu de la personne, mais plutôt d’un manque de planification.

Regardons-y de plus près.

Suspect numéro 1 : l’endettement

Au dernier trimestre de 2016, l’endettement des ménages canadiens par rapport au revenu disponible a atteint le niveau record de 167,3 % : pour chaque dollar qu’ils gagnent, ils doivent rembourser 1,67 $. Cela signifie qu’un grand nombre de ménages accumulent une dette importante.

Or les études montrent qu’il est difficile de se sortir la tête de l’eau si on ne rembourse que le minimum requis. Par exemple, une dette de 5 000 $ sur une carte de crédit peut prendre près de… 30 ans à rembourser, et coûter des milliers de dollars en intérêts.

Suspect numéro 2 : le train de vie

Les ménages canadiens vivraient souvent au-dessus de leurs moyens. Les Canadiens dans la tranche d’âge des 20 à 45 ans, particulièrement, miseraient sur des rentrées d’argent plus tard dans leur carrière pour justifier des dépenses aujourd’hui. Les personnes dans cette tranche d’âge aspirent aussi à être propriétaires, ce qui ajoute à leur endettement et les rend vulnérables à une hausse des taux d’intérêt.

Un coût à long terme

Plusieurs problèmes non financiers sont associés à ce phénomène, dont les plus évidents sont le stress et les tensions dans le couple. Les problèmes financiers, eux, prennent trois principales formes :

  • Pas de fonds d’urgence
    Que faire devant un coup du sort, ne serait-ce qu’un simple bris automobile ?
  • Pas de retraite
    Une personne sans épargne pourrait ne pas pouvoir conserver son style de vie à la retraite, ni la prendre aussi tôt que prévu, ni même cesser de travailler tout court ;
  • Toujours plus de dettes
    Les gens qui peinent à payer les dépenses de la vie courante se tournent parfois vers des dettes aux formes encore plus dispendieuses.

Les solutions existent

Heureusement, il existe des solutions.

  • Faire un budget
    Savez-vous précisément à quelles dépenses va votre paie ? Le problème est-il le caffe latte à cinq dollars chaque matin, ou la voiture à 249 $ toutes les deux semaines ? Un moyen d’en avoir le cœur net est d’utiliser un service en ligne, souvent offert par son institution financière, pour analyser ce qu’on dépense.
  • Se donner un plan financier
    Un plan financier comporte généralement sept volets, incluant l’épargne, le crédit et la retraite. Votre conseiller en sécurité financière peut vous aider à ce sujet.
  • Gérer ses dettes
    Un plan de gestion de la dette permet de prioriser le remboursement des dettes moins productives et plus coûteuses (ex. : la carte de crédit) par rapport aux dettes plus productives et peu coûteuses (ex. : un prêt étudiant), voire de consolider les dettes dans un produit moins coûteux comme une marge de crédit.
  • Remettre l’épargne à l’avant-plan
    Se payer soi-même en premier est un principe fort connu en finances personnelles. Cela consiste à considérer l’épargne comme une dépense comme les autres – à cette différence qu’elle doit être réglée avant les autres. Ouvrir des comptes séparés pour son épargne pourrait être indiqué.
  • Investir
    Et tant qu’à épargner, pourquoi ne pas faire travailler cet argent ? Il existe des véhicules qui peuvent mettre les rendements à l’abri de l’impôt, comme le CELI, ou permettre de reporter l’impôt, comme le REER. Certains, comme le REEE, procurent même des subventions.

Quelques autres trucs, au quotidien :

  • trouver des sources de revenus supplémentaires ;
  • faire soi-même les réparations domestiques ;
  • éviter les achats impulsifs ;
  • dire non aux tentations.

… Et relire cette intéressante infographie publiée il y a quelques mois dans Actualis : les économies de bout de chandelle, oui, ça peut marcher !



Les sources suivantes ont été utilisées dans la rédaction de cet article.

Les Affaires, « Qui devrait se mêler de vos affaires? », 30 novembre 2015.
Canadian Business, « Financial stress takes heavy toll on couples », 13 février 2013.
CBS News, « 5 steps to stop living paycheck to paycheck », 14 septembre 2016.
Le Devoir, « L’endettement moyen des Canadiens atteint un niveau record », 16 mars 2017.
Financial Post, « Four out of 10 homeowners caught short without enough money to meet their expenses, new survey finds », 24 mai 2016 ; « Nearly half of Canadians are living paycheque to paycheque – and that has big consequences for retirement security », 7 septembre 2016.
GerezMieuxVotreArgent.ca, « Faire des placements ».
Gouvernement du Canada, « Faire un plan pour payer vos dettes », 5 avril 2017.
Myfinance.com, « How To Save $1000 While Living Paycheck To Paycheck », 15 février 2017.
Nasdaq, « Reasons You’re Still Living Paycheck to Paycheck », 30 août 2016.
The Nest, « How to Save Money When You Live Paycheck to Paycheck », 2017.
New York Post, « Why even half the middle class is living paycheck to paycheck », 27 septembre 2016.
Protégez-vous, « Endettement : plusieurs salariés pensent retarder leur départ à la retraite », 8 septembre 2016.
Le Soleil, « D’une paie à l’autre », 6 septembre 2016.
Time, « How to Break the Paycheck-to-Paycheck Cycle », 17 juin 2016.