Édition de
Août 2016

Quand on vise l’or, d’où vient l’argent ?
Vivre sans voiture ? Partir en appartement : toute une aventure !
Notre défi ce mois-ci… À découvrir ce mois-ci…

Consulter les archives

À la une

Quand on vise l’or, d’où vient l’argent ?

Quand on vise l’or, d’où vient l’argent ?

Les fiers représentants du Canada aux Jeux olympiques auront mis au minimum 10 ans à atteindre l’excellence, souvent plus de 10 000 heures d’entraînement non rémunérées. Comment s’en tirent-ils financièrement ?

Depuis quelques mois déjà, nos athlètes olympiques sont sous le feu des projecteurs. Ils sont forts, ils sont jeunes, ils sont performants… À travers la lunette médiatique, il est facile de les percevoir riches également.

Mais au fait, savez-vous à combien s’élève le revenu des athlètes canadiens ?

Tout ce qui brille n'est pas d'or...


En fait, les athlètes canadiens gagneraient en moyenne 136 996 $ par année… mais cela inclut les stars du sport professionnel qui tirent la moyenne vers le haut avec leurs salaires à sept chiffres. Le revenu médian, en revanche, départage l’ensemble des athlètes en deux groupes égaux, ceux qui gagnent plus et ceux qui gagnent moins, et fournit une idée plus réaliste de la situation.

Mais alors, comment font nos athlètes pour se consacrer à leur sport sans se mettre en difficulté ?

Les programmes de soutien

On dénombre plus d’une dizaine de programmes de soutien financier aux athlètes et aux fédérations sportives. Le plus important d’entre eux est le Programme d’aide aux athlètes, grâce auquel environ 1 900 sportifs de haut niveau se partagent quelque 28 millions $ – soit près de 15 000 $ chacun en moyenne. Le programme est accessible aux sportifs brevetés et liés à certaines organisations, ou à tout autre athlète… classé parmi les 16 premiers aux championnats mondiaux et aux Jeux olympiques !

Les athlètes canadiens ont également la possibilité d’utiliser une fiducie au profit de l’athlète amateur, qui leur permet de ne pas inclure certains fonds dans leur revenu annuel, et ainsi de repousser le paiement des impôts afférents jusqu’à huit ans après leur retrait de la compétition.

Quant à l’organisme À nous le podium, son rôle est plutôt de coordonner les efforts des partenaires clés pour soutenir nos espoirs olympiques et paralympiques, et il formule des recommandations quant aux montants à accorder à divers organismes et programmes nationaux.

Le privé à la rescousse

Pour plusieurs athlètes, l’entreprise privée est également une source d’appui financier, notamment par des commandites : une compagnie verse un cachet ou fournit du matériel sportif en échange du droit d’utiliser l’image de l’athlète, qui rejaillit sur sa marque. Des athlètes qui jouissent d’une grande notoriété peuvent aussi prononcer des conférences ou des allocutions lors d’événements corporatifs, un service qui peut rapporter plus de 10 000 $ par prestation dans le cas des vedettes olympiques. Ce type de contrat est surtout accessible aux médaillés. Bonne nouvelle pour eux, car le Fonds d’excellence des athlètes du comité olympique canadien, de son côté, se contente de remettre 20 000 $ aux médaillés d’or, 15 000 $ aux médaillés d’argent et 10 000 $ aux médaillés de bronze.

Enfin, plusieurs entreprises proposent des accommodements à leurs employés qui font de la compétition sportive de haut niveau, par exemple des conditions de travail souples qui leur permettent de poursuivre leur entraînement. Parfois le temps vaut de l’or !

Quand la retraite commence à 30 ans…

Reste une question : comment gère-t-on ses finances… quand sa carrière professionnelle se termine vers 30 ans ?

De ce côté, nos athlètes ne sont pas laissés à eux-mêmes et disposent d’un appui qui pourrait même inspirer plusieurs personnes dans la gestion de leurs finances. Le Comité olympique canadien, en effet, a lancé en septembre 2015 un programme de « préparation à la retraite » pour les athlètes. Baptisé Plan de match, ce dernier offre des services de gestion de carrière, de réseautage, d’éducation, de perfectionnement des compétences, et de santé mentale.

Finalement, être athlète, c’est peut-être vivre en accéléré plusieurs décisions qui attendent chacun d’entre nous tout au long de notre vie !



Les sources suivantes ont été utilisées dans la rédaction de cet article.
À nous le podium, « Vision, mission et objectifs », 2016. Agence de revenu du Canada, « Fiducie au profit d’un athlète amateur », page web mise à jour le 15 juillet 2015. Gouvernement du Canada, « Programme d’aide aux athlètes », page web mise à jour le 16 février 2016. Le sport c’est pour la vie, « Au Canada, le sport c’est pour la vie - Développement à long terme du participant/athlète 2.0 », 2014. Olympique.ca, « Équipe Canada dévoile son « Plan de match » pour aider les athlètes ?ra , 24 septembre 2015 ; « Fonds d’excellence des athlètes du comité olympique canadien (FEA) ». RDS, « Que vaut une médaille d’or olympique ? », 27 avril 2010. Statistique Canada, Enquête nationale sur les ménages 2011.