Édition de
Mai 2017

D’une paie à l’autre : guide de survie
Campez en sécurité… et pour pas cher Travailleurs autonomes : mode d’emploi
Notre défi ce mois-ci… À découvrir ce mois-ci…

Consulter les archives

Vos finances au quotidien

Campez en sécurité… et pour pas cher

Campez en sécurité… et pour pas cher

Des vacances économiques, cet été ? Le camping est assurément un moyen abordable de voir du pays… à condition de prendre certaines précautions.

Si on se fie aux dernières statistiques, les adultes canadiens aiment le grand air : près du quart d’entre eux ont campé en 2014. Mais qu’apprécie-t-on dans le camping, précisément ?

Feu, feu, joli feu


Si vous êtes parent, peut-être voyez-vous dans ce graphique des centaines d’occasions d’accidents, et autant de raisons d’être vigilants. Mais peut-être avez-vous oublié les risques suivants ?

Sept trucs de sécurité

  1. À la maison
    En réalité, il se pourrait que le plus grand risque associé au camping ne soit pas à destination, mais à la maison ! Les assureurs recommandent de couper l’alimentation en eau et d’aviser vos voisins pour qu’ils arrosent vos plantes, allument des lumières et donnent l’impression que la maison est habitée.
  2. Sur la route
    Ce pourrait être une bonne idée de revoir votre assurance automobile, notamment si vous passez plus de 30 jours à l’extérieur de votre province, si vous voyagez en décapotable, ou si vous prévoyez dormir dans votre véhicule. Dans le cas d’un VR, une vérification technique est indiquée.

    Ne pas oublier également que le transport des matières dangereuses répond à des règles. Notamment, les véhicules transportant de grosses bombonnes de propane sont souvent interdits dans les tunnels.
  3. Les activités
    Avez-vous pensé vous munir d’une trousse de premiers soins qui ne contient pas que des pansements, mais aussi des tampons désinfectants, des compresses de gaze stériles, un sac froid instantané, un bandage triangulaire, des gants, un thermomètre et une bonne paire de ciseaux ?

    On recommande également de ne pas négliger l’hydratation de vos enfants, de même que la protection solaire. Et enfin, un bon protège-moustique et des vêtements adaptés pourraient vous protéger des piqûres et des tiques porteuses de la maladie de Lyme.
  4. L’hébergement
    Il est suggéré de vérifier les installations du camping et la météo avant de partir. S’il n’y a pas de douches, ou si on prévoit des nuits froides, vous pourrez vous équiper en conséquence. Autre truc : monter la tente avant votre départ pour vous assurer que tous les morceaux y sont.
  5. La nourriture
    On peut sous-estimer l’habileté des petites bêtes à trouver notre nourriture… Une toile de tente n’arrête pas le plus petit des écureuils, et la glacière la plus solide n’est pas à l’abri des ratons laveurs. Quant aux ours, ils peuvent être attirés par l’odeur de nourriture laissée sur le campement. Une solution : entreposer les vivres dans le coffre de la voiture.
  6. Au feu !
    Il vaut toujours mieux s’assurer qu’on a le droit de faire du feu. En période de sécheresse, il se peut que ce soit interdit. Il vaudrait peut-être mieux, aussi, éviter le gaz d’allumage, en raison des risques qu’il présente.
  7. Et s’il arrivait quelque chose
    Enfin, au cas où un malheur subviendrait, une assurance bien conçue pourrait vous procurer une tranquillité d’esprit, même si vous restez au pays. Peut-être devriez-vous vérifier ce que vous offre votre carte de crédit en matière d’assurance voyage ou, mieux, contacter votre conseiller en sécurité financière pour avoir un éclairage complet et objectif.

Trois trucs pour économiser

  1. Choisir sa destination
    Le camping est une façon peu dispendieuse de voir du pays. En Ontario, par exemple, il en coûte aussi peu que 17 $ à 51 $ par nuit, et ce, pour toute la famille. Le camping sauvage, aussi, est souvent gratuit, surtout en Colombie-Britannique. Bref, un peu de planification pourrait s’imposer.
  2. Économiser sur l’équipement
    Si vous ne désirez pas investir dans l’équipement de camping, il existe différentes options. La location en est une, mais aussi les tentes O-Tentik, à mi-chemin entre la tente et le chalet, qui sont présentes dans 14 parcs nationaux. L’option du camping dans la voiture est aussi possible, avec le bon véhicule : par exemple, on peut aisément installer un matelas double dans une camionnette.
  3. Joyeux 150e
    Bonne nouvelle : l’entrée aux sites de Parcs Canada est gratuite en 2017 à l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération. Vous pouvez vous renseigner ici.

En fin de compte, pour qui se prépare bien, le camping comporte probablement beaucoup plus d’avantages que de risques – notamment des avantages financiers.

Bon été !



Les sources suivantes ont été utilisées dans la rédaction de cet article.

Backcountry Canada Travel, « Backcountry Camping In The Wild ».
Camping Québec, « Avant de partir en voyage » ; « Entretien printanier du VR » ; « Transport de matières dangereuses : marche à suivre ; « Trousse de premiers soins ».
CNET, « 3 tips for going camping in your car », 28 novembre 2016.
Conseil canadien du camping et du VR, « Portrait de l’industrie du camping canadienne et québécoise », 2014.
Financial Post, « Why you might still need travel insurance when you’re just hopping to the next province », 29 juillet 2016.
The Globe and Mail, « Why aren’t Canadians camping any more? », 9 février 2015.
Gouvernement du Canada, « Laissez-passer et permis de Parcs Canada ».
Parcs Canada, « Camping équipé », 24 mars 2017 ; « Laissez-passer et permis de Parcs Canada ».
La Presse, « Six leçons pour bien camper », 15 juin 2016.
Scouts Canada, « Be Prepared: Scouts Canada’s Top 10 Summer Camping Safety Tips ».